Classification périodique des éléments en langue gasconne

Jean Lafitte, lexicographe, projet DiGaM

(Institut béarnais et gascon, Pau, France)

Avertissement

Il n’existe aucun organisme officiel pour règlementer la langue gasconne, ni aucun organisme privé dont l’autorité serait reconnu par tous ceux qui écrivent gascon.

L’Institut d’études occitanes (I.E.O.) est reconnu par les partisans de l’occitanisme, qui voudrait un système unique de graphie ”classique” pour l’ensemble des langues romanes du Midi de la France, considérées comme langue unique pluridialectale, avec pour objectif à terme d’unifier toutes ses dialectes sur la base du languedocien (parlé en gros de Toulouse à Montpellier). Mais son autorité linguistique est contestée au sein même du mouvement.

Et tous ceux qui refusent cette perspective refusent également la graphie unitaire, d’autant qu’elle s’éloigne souvent de la langue parlée et que la plupart des locuteurs ne savent pas la lire. Ces personnes préfèrent le système de graphie moderne de Mistral (Provence) et ses adaptations régionales, comme la graphie de l’Escole Gastoûn Febus en Gascogne et Béarn. Le seul Dictionnaire important de la langue gasconne qui fait référence pour tous, celui de Simin Palay (édition 1961), est écrit dans cette graphie. L’Institut béarnais et gascon se range dans cette mouvance, tout en admettant transitoirement une graphie classique légèrement différente de celle de l’I.E.O. pour mieux rendre la prononciation réelle du gascon.

On trouvera donc ici les deux graphies de l’Institut béarnais et gascon. Quant à la forme des mots, l’Institut béarnais et gascon s’attache à la façon dont les Gascons les prononcent spontanément; pour les mots traditionnels (fer, or, cuivre…), pas de problème; pour les mots modernes en -ium, l’Institut est d'accord avec l’association occitaniste Per noste qui vient de produire le premier tome A-K d’un important dictionnaire Français-Gascon où il est écrit (p. 22) :

« Le problème des noms des éléments chimiques de la table de Mendeleïev est de même nature [notation en -um, avec accent tonique sur la syllabe précédente]. Soit à traduire aluminium, calcium, hélium, magnesium, etc. Avec cette différence que le catalan (suivi en cela par des dictionnaires languedociens) nous apporte une possibilité supplémentaire qui constituerait une adaptation rigoureuse à l’occitan : elle consisterait à faire tomber la finale latine -um, ce qui donnerait :

« alumini (aluminium); calci (calcium), magnèsi (magnesium), etc.

« Cette solution aurait l’inconvénient de nous éloigner par trop du consensus international et de donner parfois au mot une physionomie étrange et malaisément identifiable (*èli : hélium). C’est pourquoi nous ne l’avons pas adoptée, tout en la signalant parfois. »

Ces mots seront donc notés en -ium, mais avec l’accent tonique sur -ium, le choix du Dic. de Per noste — qui d’ailleurs comporte des exceptions non justifiées — ne correspondant pas à la prononciation effective des Gascons. Et contrairement à ce Dic., ce sera systématique, car en fait, ce Dic. a quelques mots en -i sans aucune raison.

De même, un (ou -e) est noté systématiquement pour les mots comme Azòte, Bòre, Bròme, Clòre, Cròme, Fosfòre, Idrogène, Iòde… tels que les gens les prononcent, alors que le Dic. de Per noste distingue, sans raison apparente Azòt, Bòr, Bròm, Clòr, de Cròme et Iòde.

Enfin, si l’alphabet classique gascon ne comporte pas les lettres k, w et y et si l’alphabet moderne n’use de y que comme semi-consonne, on admet que les mots étrangers usent de ces lettres, comme whisky. Ainsi l’occitan et Per noste admettent-ils berkeli. On ne voit pas alors pourquoi s’écarter de l’usage international avec itterbium et ittrium; on écrira donc ytterbium et yttrium, respectant ainsi l’ordre alphabétique international. Par contre, on est obligé de noter afnium, assium, elium, olmium et idrogène sans h, car le gascon ne connait pas l’h muet. Quant au x, sa valeur traditionnelle gasconne étant celle de ch en français, on évite les confusions en notant Outsigènë, Csenoûn.

De toutes façons, il s’agit là de problèmes très théoriques, car aucun scientifique usant de ces mots ne les exprime en gascon, pas plus qu’en occitan !

26 septembre 2004

Grafie moudèrnë

Idrougènë

Elium

Litium

Berillium

Borë

Carboni

Azotë

Outsigènë

Fluor

Neoûn

Soudium

Magnesium

Aluminium

Silicium

Fousforë

Soufrë

Clorë

Argoûn

Poutassium

Calcium

Escandium

Titanë

Vanadium

Cromë

Manganèsë

Hèr

Coubalt

Niquèl

Coeyrë, Couyrë

Zinc

Gallium

Germanium

Arsenic

Selenium

Bromë

Kriptoûn

Rubidium

Estrouncium

Yttrium

Zircounium

Nioubium

Moulybdènë

Tecnecium

Rutenium

Roudium

Palladium

Argén

Cadmium

Indium

Estagn, Estam

Antimòni

Tellurë

Iodë

Csenoûn

Cesium

Barium

Lantanë

Cerium

Praseoudymë

Neoudymë

Proumeteüm

Samarium

Euroupium

Gadoulinium

Terbium

Dysprousium

Oulmium

Erbium

Tulium

Ytterbium

Lutecium

Afnium

Tantalë

Tungstènë

Renium

Ousmium

Iridium

Platinë

Or, Au (vx.)

Mercùri

Tallium

Ploum

Bismut

Poulounium

Astatë

Radoûn

Francium

Radium

Actinium

Tourium

Proutactinium

Uranium

Neptunium

Plutounium

Americium

Curium

Berkelium

Califournium

Einsteinium

Fermium

Mendelevium

Nobelium

Laurencium

Ruterfourdium

Dubnium

Seabourgium

Bohrium

Assium

Meitnerium

Grafia classica

Idrogène

Elium

Litium

Berillium

Bòre

Carbòni

Azòte

Otsigène

Fluòrr

Neon

Sodium

Magnesium

Aluminium

Silicium

Fosfòre

Sofre

Clòre

Argon

Potassium

Calcium

Escandium

Titane

Vanadium

Cròme

Manganèse

Hèrr

Cobalt

Niquèl

Coeire, Coire

Zinc

Gallium

Germanium

Arsenic

Selenium

Bròme

Kripton

Rubidium

Estroncium

Yttrium

Zirconium

Niobium

Molybdène

Tecnecium

Rutenium

Rodium

Palladium

Argent

Cadmium

Indium

Estanh, Estam

Antimòni

Tellure

Iòde

Csenon

Cesium

Barium

Lantane

Cerium

Praseodyme

Neodyme

Prometeüm

Samarium

Europium

Gadolinium

Terbium

Dysprosium

Olmium

Erbium

Tulium

Ytterbium

Lutecium

Afnium

Tantale

Tungstène

Renium

Osmium

Iridium

Platine

Òrr, Aur (vx.)

Mercùri

Tallium

Plomb

Bismut

Polonium

Astate

Radon

Francium

Radium

Actinium

Torium

Protactinium

Uranium

Neptunium

Plutonium

Americium

Curium

Berkelium

Califòrnium

Einsteinium

Fermium

Mendelevium

Nobelium

Laurencium

Ruterfordium

Dubnium

Seaborgium

Bohrium

Assium

Meitnerium